Déclaration d’orientation et de principes

 

Action Education est une coalition nationale composée d’associations et syndicats de personnes en formation, dont le but est d’améliorer et de défendre les conditions de vie, de formation et de travail des apprenti·e·s, étudiant·e·s et stagiaires en Suisse, dans une perspective unitaire. Les différentes organisations qui la composent ont des histoires, des fonctionnements et des langues qui diffèrent, mais elles sont rassemblées dans cette coalition sur la base du constat d’une situation commune, de la convergence vers un objectif politique et du partage des moyens stratégiques pour l’atteindre. La création d’une telle structure est donc la conséquence d’une divergence politique avec les diverses instances « représentatives » – politiques ou associatives – qui occupent traditionnellement le terrain au niveau fédéral. La collaboration avec ces instances – et en particulier l’Union nationale des étudiant·e·s de Suisse (UNES) – n’est pas exclue, mais Action Education fait suite à la nécessité historique de la création d’une structure nationale indépendante et d’un genre nouveau.

1) Une situation commune : la construction d’un statut socialement inférieur et des attaques sur la qualité de notre formation

Au niveau national, nous faisons l’analyse d’une situation de fragilisation, de précarité liée au statut générique de personne en formation, qui existe par-delà les différences entre les cantons ou entre les statuts particuliers (stagiaires, apprenti·e·s, étudiant·e·s ES/HES/etc.). Cette précarité est avant tout financière et liée au milieu d’origine. Par ailleurs, contre les mesures d’austérité qui visent le système de formation et le service public dans son ensemble, et contre l’intrusion toujours accrue du secteur privé dans cet espace, il y a urgence à organiser un mouvement combattif sur le plan national.

2) La convergence vers un objectif : le droit à l’autonomie, à l’indépendance et le combat pour le service public

Nous œuvrons à la garantie de conditions sociales dignes, et plus spécifiquement :

– à assurer l’autonomie financière des personnes en formation, indépendamment de leurs origines ;

– à promouvoir la gratuité des études dans l’optique d’une formation de service public ;

– à garantir l’accès de toutes et tous, sans restriction (discrimination, sélection, taxes), à tous types de formation ;

– à faire avancer la participation directe et effective des personnes en formation dans l’organisation des centres de formation ;

– à soutenir une formation d’intérêt public indépendante des ingérences patronales ;

– à lutter pour une égalité de droits et de protection, aux études et au travail, pour toutes et tous indépendamment de leur sexe, de leur nationalité, de leur origine ou de leur statut ;

– de façon générale et au-delà du système de formation, à défendre et étendre un service public de bien commun.

3) Des moyens stratégiques : l’auto-organisation, l’action directe

Notre coalition est autogérée, démocratique, solidaire et indépendante des institutions (patronat, gouvernement, institutions de formation, partis politiques). Nous favorisons l’action directe développée à partir des réalités concrètes rencontrées sur nos terrains respectifs. Pour faire exister, au niveau national, une voix qui porte un projet de transformation sociale et qui soit à même d’apporter une réponse efficace aux attaques contre nos conditions, nous ancrons notre pratique dans la lutte et la construction du rapport de force. Les fondements de notre coalition sont l’auto-organisation et l’action des personnes en formation, selon le principe qu’on ne peut déléguer à d’autres le combat pour l’émancipation sociale et l’amélioration de nos conditions.

Les organisations membres s’engagent à mener des campagnes unitaires, à s’entraider dans leurs luttes respectives en fonction de leurs moyens, de même qu’à échanger les informations pertinentes et leur travail théorique. Nous soutenons l’adhésion à la coalition de toute organisation souscrivant aux principes de la présente Déclaration, ainsi que la création et le développement de nouveaux groupes qui s’approprieraient lesdits principes.

18 octobre 2018