Malgré un gouvernement à majorité PS soutenu par un parlement à majorité de gauche, le canton s’enfonce dans une spirale austéritaire touchant toute la population, des écoles aux EMS en passant par les hôpitaux et la culture. L’éducation est sans cesse attaquée, de même que les mesures permettant de pallier aux inégalités sociales :

– Fermeture de la Haute École de Musique de Neuchâtel

– Adoption d’un budget coupant 1 million dans l’Université, en plus d’un plan d’économies de 4 millions jusqu’à 2020 (coupe d’1,7 million en 2017, d’1,5 million en 2016)

– Coupe dans l’archéologie

– Diminution du salaire des apprentis de l’État

– Augmentation du nombre d’élèves par classe à l’école obligatoire

– Une heure d’école obligatoire (5e à 8e années) en moins pour raisons budgétaires dès la rentrée 2017-2018

– Coupe d’un tiers dans les subsides pour l’assurance-maladie

– Réduction des prestations d’orthophonie

– Diminution des subventions, notamment au Centre neuchâtelois de psychiatrie, au Cefna (formation pour adultes), au Centre neuchâtelois d’intégration professionnelle

– Etc., etc.